[wpf-filters id=2]

Galerie

  |    |  Toutes les tapisseries  |  Mario PRASSINOS

Mario PRASSINOS

Le roi et la dame

 

Tapisserie d’Aubusson tissée par l’atelier Goubely.
Avec son bolduc signé de l’artiste, n°1/6.
1973.

 

« Je me suis intéressé à la tapisserie surtout parce que j’étais excité par la technique du carton numéroté qui consiste à fabriquer une image colorée mentale à l’aide d’un code…..La tapisserie est un exercice essentiel. Telle que je l’ai pratiquée, c’est peut-être une volonté de mettre en question les moindres détails d’une oeuvre faite sur un plan à deux dimensions » (propos recueillis dans Cat. Exp. Prassinos, rétrospective de l’oeuvre peint et dessiné, Puyricard, 1983) Voilà pour le credo.

C’est en 1951 que Prassinos réalise ses premiers cartons (la plupart, 150 environ, seront tissés par l’atelier Goubely); puis il rejoint l’A.P.C.T. (Association des Peintres-Cartonniers de Tapisserie). Après quelques cartons sur le thème des oiseaux, Prassinos, comme d’autres artistes proches de Lurçat pourtant (Matégot, Wogensky,…), orientera résolument la tapisserie vers l’abstraction, dans un style personnel fait de formes sinueuses imbriquées et de tons contrastés (souvent dans une gamme de couleurs noir-rouge-marron-beige).

 

Les cartons « binaires » sont une spécialité de l’artiste depuis les années 60. Plus allusif qu’un sujet purement théâtral (encore que Reine et Roi soient omniprésents chez Shakespeare), le carton fait peut-être référence au jeu d’échec ?

 

Bibliographie :
Cat. Expo. Prassinos, Tapisseries monumentales, abbaye de Montmajour, Arles, 1974
Cat. Expo. Mario Prassinos, Tapisseries , Aubusson, Musée départemental de la Tapisserie, 1984
Cat. Expo. Prassinos, Tapisseries, Angers, Musée Jean Lurçat et de la Tapisserie Contemporaine, 1988

Catégorie :